News

05.07.2019

Nos voisins sauvages a participé à une excursion sur le hérisson organisée par Sauvageons en Ville à Pully (est lausannois), qui a réuni une vingtaine d’adeptes. La construction d’un gîte avec des feuilles mortes et tas de bois dans un jardin privé a été entreprise, là où des traces de hérisson ont pu être observées dans un des tunnels à traces posés pour l’occasion. Des endroits dangereux pour nos petits mammifères ont été marqués pour sensibiliser les automobilistes du quartier, afin qu’ils soient attentifs aux endroits où ces derniers sont obligés d’emprunter une voie bitumée. Diverses structures favorables ont été également recensées, en particulier dans des jardins privatifs urbains.

03.06.2019

Nuit noire à Val-de-Ruz entre minuit et 4h45. Le projet d’extinction de l’éclairage public au coeur de la nuit est en bonne voie de réalisation. Coffrane est le premier village concerné par cette mesure mise en oeuvre depuis le 10 mai 2019. Val-de-Ruz (16 900 habitants, 124 km2) est la première commune suisse à prendre cette mesure.

Cette vague d’extinction nocturne va-t-elle changer les habitudes de la faune? Un projet local de Nos voisins sauvages est en cours d'élaboration afin de suivre, grâce aux sciences citoyennes, l'impact de l'extinction nocturne sur la faune sauvage. En parallèle à cette étude participative, des réflexions sont en cours avec la Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Lullier. pour assurer également un suivi scientiifique. 

Le projet de Nos voisins sauvages vise à sensibiliser et à informer la population de Val-de-Ruz sur la faune présente dans la région. Les habitants sont appelés à signaler leurs observations de faune sauvage sur la platerforme.

29.05.2019

© Didier Jeannin / wildenachbarn.ch

Suite à une prospection nationale, les populations de hérisson sur le territoire du Parc semblent faibles. Aucun hérisson n’a pu être observé dans les régions de l’Intyamon et du Pays-d’Enhaut. Afin de mieux savoir ce qu’il en est, le Parc lance une prospection plus précise sur son territoire. Il recherche donc des personnes prêtes à poser des tunnels à traces et à effectuer des relevés. Un effort plus particulier sera mené dans les régions de l’Intyamon et du Pays-d’Enhaut.

Afin de savoir si cet animal, emblème de la charte des jardins, a réellement disparu de ces régions, le Parc lance une prospection plus précise sur son territoire. La prospection consiste à la pose de 10 tunnels à traces par secteur qui doivent être relevés durant cinq jours. Les relevés auront lieux de mi-juin à fin août.

Pour effectuer ces relevés, des bénévoles sont recherchés. Si vous avez du temps à disposition et souhaitez participer à cette prospection, merci de nous contacter par email à nature@gruyerepaysdenhaut.ch ou par téléphone au 026 924 76 93.

Toute personne peut Ă©galement annoncer ses observations Ă  la plateforme "Nos voisins sauvages". Merci beaucoup!

Plus d'information à la site du Parc naturel régional Gruyère Pays-d'Enhaut

07.05.2019

(c) Fabio Bontadina / Swild

En Angleterre, la "Hedgehog Awareness Week" a lieu cette semaine. L'accent est mis sur les hérissons et leurs exigences en matière d'habitat. Rejoignez le mouvement et rendez vos alentours de maison accueillant pour les hérissons. Vous pouvez faire beaucoup pour ces petits piétons devant votre propre porte d'entrée.

Rendez votre jardin plus accueillant pour les hérissons:
- Assurez-vous que votre jardin est accessible aux hérissons. Un passage de 10 cm suffit pour qu…e les hérissons puissent entrer. Attention, les marches et seuils trop élevés sont infranchissables pour le hérisson.
- Créez un tas de branches ou de feuilles comme abri.
- Enlevez ou désamorcez les dangers dans le jardin, comme les filets qui traînent, en installant des aides de sorties dans les pièges, comme les sauts-de-loup.
- Créez un tas de compost.
- N'utilisez ni pesticides ou ni autres poisons.
- Cultivez ou plantez des plantes indigènes et favorisez ainsi la diversité des insectes, la source de nourriture du hérisson.

Vous trouverez plus d'informations sur le hérisson dans le portrait qui lui est dédié.

Rapportez vos observations de hérissons et aidez-nous ainsi dans nos recherches sur les hérissons dans les zones habitées!

06.05.2019


Erdhummel (© Cornelia Hürzeler / stadtwildtiere.ch)

Das Artensterben beschleunigt sich fortwährend und ist bereits 10- bis 100-mal höher als im Durchschnitt der vergangenen 10 Millionen Jahre. Insgesamt sind 0,5 bis 1 Million von rund 8 Millionen Arten gefährdet, warnt der Weltbiodiversitätsrat IPBES am Montag im ersten globalen Bericht zum Zustand der Biodiversität und der Ökosystemleistungen. 

Der Weltbiodiversitätsrat ist ein Gremium der Uno mit Sitz in Bonn. Im Mai 2019 gehören ihm 132 Staaten an. Mit eindringlichen Worten und detaillierten Fakten weist der Rat auf die prekäre Situation der Biodiversität weltweit hin. 

IPBES-Bericht, 6. Mai 2019 (in Englisch und Französisch)

In der Schweiz versuchen die Umweltverbände mit zwei Eidgenössischen Volksinitiativen die Politik zu einem schnelleren und effektiveren Handeln für den Schutz und die Förderung der Biodiversität zu bewegen.

Biodiversitäts-Initiative Schweiz

Landschafts-Initiative Schweiz

05.05.2019

(c) Anne Olivieri Waelti / nosvoisinssauvages.ch

Un hérisson albinos a été signalé sur la plate-forme d'observations dans zone habitée près de Neuchâtel. Le hérisson se distingue par sa couleur claire et ses yeux rouges. Chez les mammifères, c'est un manque de pigment qui cause la coloration blanche. Les observations de hérissons albinos sont rares, mais régulières selon l'association Pro Hérissons. Cependant, il est difficile de dire combien de hérissons albinos ne sont pas identifiés comme tels, car il est bien souvent difficile de déterminer leur couleur dans l'obscurité. La coloration blanche n'affecte probablement pas la vie de ces animaux nocturnes

26.03.2019

La nature, le paysage et le patrimoine architectural de la Suisse sont soumis à de fortes pressions. Plus d'un tiers de toutes les espèces animales et végétales sont menacées, les nouvelles sur la mortalité des insectes sont alarmants. Toutefois, la politique en matière de biodiversité est au point mort. Le boom de la construction à l'extérieur des zones à bâtir se poursuit, des zones proches de la nature et des terres cultivées de grande valeur disparaissent sous le béton et l'asphalte. En attendant, avec la deuxième phase de révision de la loi sur l'aménagement du territoire, il n'y a toujours pas de contre-mesures efficaces en vue. Le Plan d'action pour la biodiversité n'est qu'un stricte minimum - il faut faire plus! 

C'est pourquoi les associations environnementales lancent deux initiatives populaires le 26 mars 2019 :

  • L’Initiative biodiversité exige plus de surfaces exploitĂ©es en accord avec la biodiversitĂ©, davantage d'aires protĂ©gĂ©es et de moyens financiers pour une promotion Ă©largie de la biodiversitĂ©. Elle veut ancrer une meilleure protection du paysage et du patrimoine bâti dans la Constitution.
  • L’Initiative paysagemet un terme au bĂ©tonnage croissant des espaces naturels et des terres cultivĂ©es et exige des règles plus strictes au niveau de la construction en-dehors des zones Ă  bâtir.

Vers la récolte de signatures et plus d'informations

18.03.2019

La campagne "Mission B" débute le 18 mars 2019. Selon la radio et la télévision suisse RTS, elle est une réponse au déclin constant de la biodiversité. Le plan B pour  nature. Chaque seconde, 0.7 mètre carré d'espaces verts sont bétonnés en Suisse. Les insectes meurent, les oiseaux sont de moins en moins nombreux.

Le projet commun de la RTS, SRF, RSI et RTR vise à promouvoir la biodiversité de manière durable en Suisse. Au cours des 18 prochains mois, les gens de la radio et de la télévision aimeraient gagner autant de terres diversifiées que possible où les papillons, les oiseaux, les abeilles sauvages, les lézards et les hérissons peuvent trouver un foyer - avec la population.

Mission B de la RTS, SRF, RSI et RTR

14.03.2019

Des chercheurs de Séville, Montpellier et Genève ont pu grâce à des études génétiques et morphologiques étudier de plus près le complexe d'espèces des murins et décrire une nouvelle espèce pour la Suisse. L'espèce nouvellement décrite porte le nom de Murin cryptique (Myotis crypticus). 

On ne sait pas encore beaucoup de choses sur cette nouvelle espèce, puisqu'elle n'était jusqu'à présent pas distinguée de son espèce sœur, le murin de Natterer. L'espèce est présente en Suisse romande et y vit principalement dans les forêts à toutes les altitudes. Il est probable que le murin cryptique utilise des arbres creux et des bâtiments abandonnés comme lieux de repos diurne. De plus amples informations sont disponibles dans la publication scientifique (en anglais).

17.01.2019

Des blaireaux au centre-ville de Zurich? Ce n'est plus aussi rare que ça. La population citadine de ces mustélidés a explosé depuis une vingtaine d'années.

L'information est diffusée au téléjournal de la Suisse romande le 17 Janvier 2019.

Article Ă  l'ArcInfo

Pages

Newsletter

Souhaitez-vous être informé sur des observations, des actions ou des progrès marquants ?

Abonnez-vous Ă  la Newsletter:

Nos voisins sauvages
Nos voisins sauvages
Porteurs